Notre enjeu collectif : construire le monde post-crise

Vie du Pavillon
Pendant six mois, tous les pays du monde seront rassemblés pour réfléchir, collaborer, et trouver les solutions concrètes et durables pour construire ensemble le monde post-crise. La France, en tant que pays fondateur des Expositions universelles mais aussi en tant que puissance mondiale et acteur économique capital, a un rôle majeur à jouer et doit donner une réponse à la hauteur de ces enjeux.
Pav FR

D’aucuns craignaient le « bug de l’an 2000 », persuadés qu’une crise allait survenir avec ce passage à un autre millénaire et se préparant déjà à des conséquences dramatiques. Il n’en fut rien. C’est lors de la crise économique de 2008 que vont se cristalliser les premières attentes et les premières inquiétudes sur la nécessité de faire évoluer nos modes de vie, de consommation et de production.

Mais c’est réellement 2020 qui marquera la prise de conscience des nécessaires évolutions structurelles. La crise de la Covid-19, tout autant que la sévère crise économique qui se profile, nous oblige à repenser notre modèle de développement, tant individuellement que collectivement. Cette épidémie nous fait prendre conscience de nos limites, en tant qu’êtres humains mais aussi en tant que citoyens de la planète. Elle nous invite aussi à redéfinir une nouvelle forme de croissance, qui serve à la fois l’individu, le collectif et la planète, sans chercher à les opposer.

Après les Jeux Olympiques de Tokyo, c’est à présent l’Exposition universelle de Dubaï qui est reportée et ce, pour la première fois dans l’histoire des Expositions universelles. La France d’ailleurs, a voté en faveur de ce report, convaincue de cette décision responsable à la hauteur de la gravité de cette crise sanitaire, économique et sociale mondiale.

Depuis leur genèse et depuis la première édition à Londres en 1851 puis à Paris en 1855, les Expositions universelles ont historiquement vocation à rassembler les pays et à trouver des solutions aux grands défis de leur époque. Elles ont contribué à déployer des collaborations productives entre les pays participants et à apporter des avancées concrètes et innovantes qui ont bouleversé et fait progresser les modes de vie.

L’escalier mécanique par exemple, a été conçu en 1892 et présenté lors de l’Exposition universelle de 1900 à Paris où l’inventeur américain Jesse Reno remporte le premier prix. L’édition de Paris en 1900 a également été la vitrine et propulseur d’une innovation, l’électricité, qui non seulement fait partie intégrante de notre quotidien mais est à présent devenue l’une des solutions proposées pour aller vers un monde plus respectueux de l’environnement, une énergie plus verte et une mobilité plus propre. Ces deux exemples sont là pour nous rappeler l’utilité indubitable des Expositions universelles, d’une part leur impact tangible dans notre quotidien avec l’escalator et d’autre part leur importance majeure pour l’humanité avec l’électricité.

Cette recherche de solutions pour le bien commun prend encore plus son sens pour la prochaine édition en 2021. Il ne s’agit pas uniquement d’une vitrine de prouesses architecturales entre les pavillons internationaux promouvant leurs entreprises et leurs innovations, mais d’un événement international lors duquel des décisions doivent être prises pour l’avenir. Pendant six mois, tous les pays du monde seront rassemblés pour réfléchir, collaborer, et trouver les solutions concrètes et durables pour construire ensemble le monde post-crise. Cette Exposition universelle est l’occasion de nous demander collectivement quel avenir nous attendons, quelle solidarité nous voulons, quelles technologies et quelles ressources nous mobilisons, mais surtout quels changements concrets nous sommes prêts à mettre en œuvre. Énergie, environnement, mobilité, santé, bien-être au travail, développement d’infrastructures durables, éducation adaptée au numérique, égalité femmes-hommes, sont autant de défis pour lesquels l’Exposition universelle sera, en 2021, le premier rendez-vous mondial post-crise sanitaire.

La France, en tant que pays fondateur des Expositions universelles mais aussi en tant que puissance mondiale et acteur économique capital, a un rôle majeur à jouer et doit donner une réponse à la hauteur de ces enjeux. Le Pavillon France à l’Exposition universelle de Dubaï se fera l’écho de l’ambition nationale.

Trois valeurs nous guideront :

  • L’audace comme la volonté d’agir et la capacité de création, pour innover et relever les défis de l’urgence absolue de construire le monde demain. La France agit et le Pavillon France sera le lieu de démonstration d’entreprises, de startups, d’institutions et d’associations qui s’engagent et agissent.
  • Le collectif comme la mobilisation de tous et la diversité de nos cultures, de nos territoires et de nos savoir-faire, pour les aider à rebondir et accompagner l’indispensable relance.
  • L’optimisme comme la vision positive de l’avenir et du progrès, pour appréhender avec détermination l’avenir de l’humanité et de notre planète.

Ne cédons pas à l’immobilisme et au pessimisme. Soyons courageux et unis pour bâtir ensemble un futur audacieux et optimiste.

 

Erik Linquier

Commissaire général de la France pour l'Exposition universelle de Dubaï